Jean-Pierre DECOOL
Député du Nord

11 place du Marché aux Fruits

59630 BOURBOURG

Tél : 03 28 22 33 33
Fax : 03 28 20 00 86

►  Formulaire de contact


Suivez-moi

    

 

Dernières Publications

S'inscrire à la Newsletter







Jean-Pierre DECOOL dénonce la "campagne de vaccination sans vaccins" de Marisol TOURAINE

En cette période de rentrée scolaire, les pénuries fréquentes de vaccins pédiatriques inquiètent fortement les familles françaises. L'Institut de veille sanitaire ainsi que l'Agence nationale de sécurité du médicament tentent d'alerter le Ministère sur les conséquences néfastes en termes de santé publique d'une telle situation. 

La réponse de Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des femmes, n'est toutefois pas à la hauteur des enjeux évoqués. Dans un entretien au qoutidien Le Parisien en date du 1er Août 2015, elle déclare en effet prévoir pour la rentrée 2015 l'ouverture d'un grand débat afin d'inciter les parents à vacciner leurs enfants. Loin de répondre aux inquiétudes liées à la pénurie, elle préfère donc lancer une "campagne de vaccination sans vaccins" ! 

Le 24 Août 2015, Jean-Pierre DECOOL a décidé d'interpeller officiellement Marisol Touraine, par le biais d'une Question écrite au Gouvernement, afin qu'elle puisse intervenir auprès des laboratoires pour envisager une solution commune et faire cesser ces pénuries:

"Jean-Pierre Decool alerte Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la pénurie de vaccins obligatoires qui touche actuellement l’ensemble du territoire français. 

Le Ministère a annoncé vouloir ouvrir, dès la rentrée 2015, un grand débat visant à convaincre les familles de vacciner leurs enfants. Qualifiant la vaccination de « fondamentale », il a, par ailleurs, judicieusement rappelé qu’elle avait permis de faire disparaître certaines maladies comme la poliomyélite. La vaccination est en effet un enjeu important de santé publique. Si le choix de se faire vacciner est individuel, ses répercussions sont collectives et c’est en cela que les pouvoirs publics se doivent d’intervenir.

Le Ministère semble néanmoins faire fi de la pénurie de médicaments qui frappe actuellement notre pays. Une « campagne de vaccination sans vaccins » : la situation serait cocasse si elle n’était pas dramatique.

Depuis quelque temps déjà, les vaccins les plus recommandés sont constamment en rupture de stocks. N’ayant pas anticipé cette forte demande ou préférant vendre leurs produits à l’étranger, les laboratoires les distribuent au compte-gouttes pénalisant ainsi les patients.

La situation de pénurie ne semble, par ailleurs, pas prête de s’améliorer selon l’Agence nationale de sécurité du médicament qui ne prévoit pas de « retour à la normale » avant le début de l’année 2016. D’ici là, les délais de réapprovisionnement risquent encore d’être repoussés.

Face à ce risque de diminution de la couverture vaccinale des français, les professionnels de santé tentent de développer des alternatives. Pour pallier à la pénurie de certains vaccins « pentavalents », l’Infanrix Hexa a, par exemple, été proposé. Solution peu judicieuse toutefois, car les familles s’en méfient depuis qu’il a été accusé de favoriser le développement de la sclérose en plaques.

La santé des français est dans l’impasse tandis le Ministère semble s’égarer sur le sujet. Ce ne sont point les familles qu’il convient de cibler mais bien les laboratoires qui peinent à approvisionner nos officines. Avant donc de lancer une « campagne de vaccination sans vaccins », il lui demande si elle entend intervenir auprès des laboratoires afin que cessent ces dangereuses pénuries."