Jean-Pierre DECOOL
Député du Nord

11 place du Marché aux Fruits

59630 BOURBOURG

Tél : 03 28 22 33 33
Fax : 03 28 20 00 86

►  Formulaire de contact


Suivez-moi

    

 

Dernières Publications

S'inscrire à la Newsletter







Lutte contre le gaspillage alimentaire: Jean-Pierre DECOOL continue son combat

La lutte contre le gaspillage alimentaire a connu un coup d’arrêt ce jeudi 13 août 2015. Le Conseil constitutionnel a censuré le paragraphe 2 de l’article 103 du projet de loi relatif à la croissance énergétique, article portant sur la lutte contre le gaspillage alimentaire, au nom de la logique de « l’entonnoir » de la procédure parlementaire.

Pour rappel, Nathalie GOULET (Les Républicains) et Guillaume GAROT avaient déposé des amendements relatifs au gâchis alimentaire respectivement au Sénat et à l’Assemblée Nationale. Si le premier amendement était déposé sur la loi Macron, le second l’était sur la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Détail ayant son importance car c’est au motif de cette non-conciliation que la disposition a été censurée.

Jean-Pierre DECOOL déplore cette situation. Il avait en effet, dès l’été 2014, déposé une proposition de loi visant à lutter contre le gaspillage alimentaire qui avait réuni des députés de tous bords politiques. Les stratégies politiciennes ont malheureusement eu raison de cette belle initiative. Tout est donc à refaire !

Aujourd’hui, Jean-Pierre DECOOL poursuit ce combat qui lui tient à cœur. Ce vendredi 14 août 2015, il a donc déposé avec Frédéric LEFEBVRE une proposition de loi reprenant les termes exacts de l’article, accepté par le Gouvernement, voté à l’unanimité et censuré par le juge constitutionnel. Un texte identique sera également déposé au Sénat par Nathalie GOULET.

Cette proposition entend bien relancer la lutte « anti-gaspi », trop longtemps sclérosée par des manœuvres politiciennes. Le Député du Nord regrette en outre qu’autant de temps ait été perdu sur un projet qui, au vu du contexte actuel, aurait pourtant dû faire le consensus. Il est donc primordial d’agir rapidement et de poursuivre la mobilisation engagée depuis l’été 2014 pour que cesse ce grand gâchis.